VIVRE A LA CAMPAGNE

Si vous avez fait le choix ou rêvez de vivre à la campagne, si c'est pour vous une philosophie, un art de vivre, finissez d'entrer, vous découvrirez nos sujets aussi nombreux que variés ...
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Texte de Hervé Bazin sur l'agriculture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dorigord
membre actif
avatar

Messages : 5855
Date d'inscription : 15/06/2012
Age : 68
Localisation : périgord

MessageSujet: Texte de Hervé Bazin sur l'agriculture   Mer 17 Mai 2017, 20:12

Mais au fait était-ce vraiment mieux avant? Quand les ouvriers agricoles passaient 12 heures par jour à biner les betteraves, courbés en plein soleil ou sous la pluie?

Pour celles et ceux qui n’ont jamais appris ou ont oublié qu’avant 1914, la France était un pays encore sous-développé, et ce qu’était la vie dans les campagnes françaises, au "bon temps d'autrefois, sans OGM, ni engrais chimique, ni pesticide, ni tracteur, ni désherbant".



L’agriculture sans les pesticides a été l’enfer sur terre pour les femmes et les enfants qui ont, depuis que l’agriculture existe, combattu à la main et en vain maladies, insectes et autres nuisibles.
L’agriculture sans les machines agricoles a été l’enfer sur terre pour les hommes qui se sont colletés des travaux extrêmement pénibles et souvent tuants.
L’agriculture sans les semences modernes et sans les engrais a été l’enfer sur terre pour les paysans mais aussi pour tous les autres dont la nourriture dépendait des rendements obtenus.
L’élevage sans les antibiotiques, sans les vaccins, sans les traitements antiparasitaires a été l’enfer sur terre pour les éleveurs aussi bien que pour leurs animaux domestiques.
L’élevage sans du fil de fer bon marché permettant de clore les pâturages de façon que les bêtes se gardent toutes seules, a été l’enfer sur terre pour les petites filles qui devaient garder des animaux dans les prés au lieu d’aller à l’école.
L’agriculture sans la capacité de collecter et répartir l’eau potable comme l’eau d’irrigation, de forer des puits suffisamment profonds, d’irriguer en tant que de besoins, d’assainir les terrains grâce au drainage a été l’enfer sur terre pour des paysans qui n’ont pu que prier pour que la pluie arrive.
Le monde rural sans la bicyclette a été un enfer pour les femmes et les hommes réduits à ne trouver un conjoint que dans leur seul hameau ou village.
Le monde rural sans le chemin de fer a été un enfer sur terre pour toutes celles et tous ceux qui n’ont rien désiré tant que la liberté de voir autre chose que les proches environs.

Il ne faut pas regretter les choses, même les plus jolies, quand un peu de misère et de fatigue humaine disparait avec elles.
Hervé BAZIN
Revenir en haut Aller en bas
isa
Admin
avatar

Messages : 7292
Date d'inscription : 17/01/2011
Age : 52
Localisation : Nord-Isère

MessageSujet: Re: Texte de Hervé Bazin sur l'agriculture   Ven 19 Mai 2017, 11:55

un texte qui fait réfléchir..
maintenant par contre, on a perdu (en agriculture), un savoir faire (rotations , engrais verts)
et un savoir observer..
L'INRA travaille dessus c'est ce qui est "drôle"

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] La ferme du grand pré
Revenir en haut Aller en bas
Tine
Admin
avatar

Messages : 9244
Date d'inscription : 15/01/2011
Age : 50
Localisation : Charente

MessageSujet: Re: Texte de Hervé Bazin sur l'agriculture   Sam 20 Mai 2017, 11:17

Oui un texte qui incite à la réflexion mais qui à mon avis mélange un peu tout

On ne peut, en effet pas regretter le soulagement de la peine physique des travaux de la ferme par les machines  

il faut juste trouver le bon milieu , parce que finalement on se soulage d'un côté mais on doit en faire plus pour financer ces dites machines , la loi du toujours plus .

Comme le dit Isa , il faut prendre conscience des gestes accomplis
je pensais justement lundi dernier , sur le tracteur avec l'enrubanneuse , il y avait un tracteur avec la presse , un autre avec l'enrubanneuse , un autre attelé à la remorque pour ramener les bottes restant à la ferme et le tracteur muni de la fourche et du pic derrière pour ramener les bottes au poste d'enrubannage . En plus la voiture du frère de Thierry venu nous donner la main ( ils allaient ensuite chez Thierry pour enrubanner )

Avec 4 personnes actives , 14 hectares de fourrages ont été ainsi "mis à l'abri des gouttes" en l'espace de quelques heures .
Il y a 70 ans de cela ( ou plus ), comment est-ce que ça se serait passé ?

Disons que malheureusement , comme dans beaucoup de domaines , d'une très bonne chose , on en abuse et on est vite dépassé .

Il y a tout de même une sacré prise de conscience par rapport à tout ça et tant mieux !

Non , ne regrettons pas la pénibilité des tâches mais prenons conscience de ce que nous faisons et restons raisonnable .

Moi je sais ce que c'est que de biner les betteraves sous un soleil de plomb
ou même de les arracher pour les vaches dans une gadoue qui te plombe les jambes
je sais aussi ce que c'est de rentrer les bottes à moyenne densité

mais je ne sais pas ce que c'était que de faucher à la faux , monter les gerbes , rouler le fumier au tombereau ,traire à la main plusieurs vaches d'affilée , monter les sacs de graines au grenier à l'échelle , semer à la volée ...
Uxeautois , vous avez dû connaitre tout ça ,
les parents de Bernard aussi , ceux de Jean pierre aussi

eux savent

Il est des travaux qu'on peut aisément assurer quand on a la force et la vivacité de la jeunesse mais quand vient le poids des années de labeur , c'est autre chose

Le lien qu'on porte à son environnement , à ses terres a changé aussi
l'esprit de propriété n'est plus le même et on n'en est plus aux mariages d'arrangement entre cousins pour garder les terres ( voire de s'agrandir) dans une même famille . Assurer un domaine.

Ce qui est souligné par rapport "à la liberté de voir autre chose que les proches environs " , c'est très vrai et là , la voiture a quand même bien arrangé les choses .

la fuite du monde agricole par les femmes n'aurait certainement pas été aussi radicale si elles avaient pu se déplacer plus aisément

Il y aurait tant à dire , c'est un sujet passionnant ,moi j'aimerais parler de tout ça avec des personnes comme vous Uxeautois
je l'ai fait à mon dernier passage dans le Gers avec mon Oncle qui est parti de sa Somme natale pour le département d’accueil qu'était le Gers dans les années 60 -70

Ici en Charente , il y a beaucoup de mayennais , de deux sévriens .

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
Texte de Hervé Bazin sur l'agriculture
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Texte de Hervé Bazin sur l'agriculture
» agriculture ou commerce ?
» Hervé MATEJEWSKI
» Aida emblème du Salon de l'Agriculture
» *Salon de l'agriculture*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIVRE A LA CAMPAGNE  :: Activités culturelles :: Vos lectures-
Sauter vers: